Aider les parents

ANNONCE DU HANDICAP

Vous venez d’apprendre la cécité ou la malvoyance de votre enfant et vous vous posez légitimement de nombreuses questions. Comment être aidé et s’organiser ? Comment s’y retrouver parmi tous les organismes existants ? Quelles démarches effectuer ? Vous trouverez ci-dessous toutes les explications utiles.

« Au début, quand on apprend le handicap de son enfant, on est effondré, les pensées les plus négatives nous viennent. Mais notre enfant nous donne tellement de joie, il est si formidable qu’on
en arrive presque à oublier le handicap. »

Faire reconnaître le handicap
de son enfant

Lorsque la déficience visuelle de votre enfant est avérée, adressez-vous à la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) du département de votre lieu d’habitation. La MDPH exerce une mission d’accueil et d’information des personnes handicapées et de leurs familles. Elle reçoit toutes les demandes de droits ou de prestations.

Vous aurez à remplir un dossier pour pouvoir bénéficier d’aides spécifiques, telles que l’AEEH (Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé) qui prend en charge les surcoûts liés au handicap. Des démarches sont également nécessaires pour bénéficier d’une orientation dans certaines structures comme les SAFEP (voir ci-après).

Un conseil : ne restez pas seul pour accomplir ces démarches. Demandez l’aide d’une assistante sociale, auprès de votre mairie, de l’ANPEA…, afin de bien faire valoir vos droits.

Les services spécialisés

Pour le tout-petit déficient visuel, la stimulation précoce est très importante. L’accompagnement par des professionnels doit être engagé le plus tôt possible pour éviter tout retard de développement ou d’apprentissage.

Il existe deux principaux types de structures pour les bébés aveugles ou malvoyants : les SAFEP et les CAMSP.

Un SAFEP (Service d’Accompagnement Familial et d’Education Précoce) est composé d’une équipe pluridisciplinaire qui accueille les tout-petits déficients visuels de 0 à 3 ans et leur famille, et leur offre un suivi personnalisé. Le SAFEP donne à l’enfant tous les moyens de se développer harmonieusement et répond aux interrogations de sa famille. Il intervient aussi à domicile, en halte-garderie, crèche, centre de loisirs, école maternelle…

L’admission au SAFEP est soumise à une décision administrative de la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées), qui siège au sein de la MDPH.

Un CAMSP (Centre d’Action Médico-Sociale Précoce) accueille les enfants de 0 à 6 ans. Le CAMSP peut être spécialisé dans l’accompagnement d’une déficience ou accueillir tous les handicaps. Il a pour objectif le dépistage des déficits ou handicaps de l’enfant, la prévention de leur aggravation pour éviter ou réduire tout retentissement sur le développement de l’enfant. Une rééducation pluridisciplinaire, médicale, paramédicale et éducative est proposée en cure ambulatoire ainsi qu’un accompagnement de la famille.

L’accompagnement par un CAMSP n’est pas soumis à une décision administrative. Un CAMSP est mobilisable sur simple appel téléphonique.

Les soins dans ces deux types de structures sont gratuits pour la famille. Le financement est assuré par l’assurance maladie et le conseil départemental.

Contactez l’ANPEA pour connaître l’adresse du SAFEP ou du CAMSP le plus proche de chez vous.

Les centres de rééducation fonctionnelle

Lorsque le handicap visuel survient après 16 ans, des centres de rééducation fonctionnelle spécialisés accueillent et accompagnent la personne aveugle ou malvoyante : une équipe pluridisciplinaire assure soins et rééducations spécifiques pour favoriser la plus grande autonomie.

Ne restez pas seuls, des solutions existent pour votre enfant ! Faites appel aux professionnels qui l’accompagnent. Prenez contact avec des familles et les associations.

En adhérant à l’ANPEA, vous trouvez un soutien et des conseils personnalisés.

Contactez l’ANPEA pour connaître le centre de rééducation fonctionnelle le plus proche de chez vous.