Championne de la lecture!

Championne de la lecture!

Un concours de lecture à voix haute…

Depuis 2012, l’association “Les petits champions de la lecture” à l’initiative du Syndical national de l’édition organise ce grand jeu sur toute la France pour promouvoir le livre et la lecture.

C’est pour tous les lecteurs de cm1, cm2 !

Ce sont souvent les enseignants qui inscrivent leurs classes, mais cela peut être aussi un groupe d’enfants dans un autre contexte (club de lecture en bibliothèque par exemple.)

Le jeu est organisé en plusieurs étapes territoriales jusqu’à une grande finale nationale en juin.

Cette année, Jeanne, brailliste, que vous avez déjà rencontré sur ce blog dans un article où elle témoignait avec sa maman, vient de remporter la finale départementale, et représentera sa région avec un livre en braille à Rennes au printemps.

Pour écouter Jeanne lors de sa prestation :

Nous espérons que cette lecture vous a démontré à quel point la lecture c’est aussi pour nos enfants déficients visuels:

Tous à vos livres!

Ce jeu peut être un véritable levier pour découvrir la lecture, le plaisir de lire, le plaisir à partager sa lecture mais aussi pour gagner en aisance à l’oral, prendre confiance en soi…
Si vous doutez encore, le site du concours est là pour vous convaincre:
Pourquoi participer au concours des petits champions de la lecture ?

Quelque soit le support de lecture : braille, grand caractère, le jeu est accessible à tous et met en avant nos enfants lecteurs déficients visuels

Jeanne n’est pas la première lectrice brailliste à remporter une des étapes du jeu. Nous sommes tous derrière toi pour les prochaines finales !

Qui sera le prochain ? Peut-être votre enfant ?

 

L’audiodescription pour nos enfants aveugles ou malvoyants : ressources

L’audiodescription pour nos enfants aveugles ou malvoyants : ressources

Aujourd’hui, c’est peu habituel sur ce blog, nous allons nous éloigner des livres… Mais à peine, juste un pas de côté. Nous allons évoquer l’accessibilité aux films et aux dessins animés pour les enfants aveugles.
Visionner une oeuvre audiovisuelle, cela fait parti aussi de l’accès à la culture, à un référentiel commun à tous les enfants,  mais aussi au vocabulaire, au langage, et de refaire le lien avec les ouvrages jeunesse qui sont souvent à l’origine des dessins animés.

Un temps de travail entre administrateurs et délégués, en novembre 2023, a permis notamment d’échanger sur quand et comment proposer l’audiodescription avec les enfants déficients visuels …

Vous trouverez dans cet article en complément notre recensement de liens intéressants et d’informations que nous avons collectés autour de l’audiodescription.

Trouver un film en audiodescription

Pour les sorties en salle : 

L’association Handicapzéro propose une offre cinéma :

L’association Cinésens répertorie par mois tous les films accessibles, liste à laquelle il est alors possible de s’abonner.

A la télé : 

Handicapzéro propose une recherche dans le programme télé (pensez bien à cocher la case audiodescription).

Si vous souhaitez regarder votre émission en replay, il peut arriver que le programme proposé en audiodescription ne le soit plus une fois en replay.

La chaîne Arte propose un accès direct à ses programmes proposés en audiodescription mais l’offre est plutôt destinée aux adultes.

Nous n’avons pas identifié d’autres moyens de filtrer l’offre des plateformes de replay pour accéder directement aux documents audiodécrits.

Pour trouver un film qui a été audiodécrit

Il n’existe pas à notre connaissance de catalogue exhaustif, mais voici quelques pistes :

  • L’Association française d’audiodescription propose un recensement de films audiodécrits par leurs membres avec une sous-catégorie pour les enfants.
  • L’astuce peut être de faire une recherche dans les catalogues des grandes bibliothèques

Le catalogue de la ville de Paris, permet ainsi grâce au champ accessibilité, de sélectionner le critère « audiodescription » et de cocher la case « jeune public ».
La bibliothèque de Toulouse propose un accès direct à une recherche parmi leurs films en audiodescription

Lors du 10ème Comité interminitériel du handicap en septembre 2023, il a été annoncé  « une plateforme de l’audiodescription sera développée pour identifier les œuvres accessibles (sous-titrées et audio-décrites) et faciliter leur accès auprès des personnes en situation de handicap.
Accès au dossier de presse.
La mention de cette plaforme est à la page 37.

Sur les plateformes de VOD :

  • Netflix : La plateforme Netflix dispose d’une page d’aide qui indique précisément comment se repérer dans leur catalogue et faire une recherche. Il faut votre compte et mot de passe pour avoir accès aux titres mêmes.
  • Amazon : La page d’aide sur l’accessibilité permet de savoir comment activer les descriptions audios. Il n’existe pas à notre connaissance de façon de faire une recherche dans le catalogue pour sélectionner les films audiodécrits.
  • Disney+ : Un lien pour savoir, comment activer l’audiodescription..  Il est aussi précisé sur la page accessibilité que la navigation dans la plateforme est possible avec les synthèses vocales les plus courantes, ce qui permet aux enfants les plus grands d’être autonome dans leur choix de film.
    Allociné propose un page tutorielle qui explique avec des images sur l’activation de l’audiodescription. Il est aussi indiqué que malheureusement souvent les audiodescriptions présentes sont en anglais.
    Quelques films audiodécrits disponibles sur la plateforme: Encanto, Merlin l’enchanteur, Zootopie, Coco… Pour vos enfants bilingues, les aristochats bénéficient de l’audiodescription en anglais mais non en français.

A savoir : Certains forums d’échanges permettent de s’échanger des audiodescriptions, souvent uniquement le fichier mp3. Cela reste illégal.

Se former

Actuellement, on trouve sur la plateforme Fun, un Mooc pour rendre ses vidéos accessibles est disponible.

Ciné Sens propose un module d’E-learning pour rendre les salles de cinéma accessibles.

Audiodescription, que trouve t-on dans la loi ?

Concernant la télévision, voici un extrait du site de l’ARCOM :

« En matière d’audiodescription, la mission de l’Arcom découle de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, modifiée par la loi du 5 mars 2009 relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision : 5° ter de l’article 28 (services de télévision diffusés par voie hertzienne terrestre), le I de l’article 33-1 (autres services de télévision), le I-4° de l’article 33-3 (SMAD), article 56-1 (chaînes du service public).

Cette dernière fait obligation aux chaînes de télévision publique et aux chaînes privées dont l’audience nationale dépasse 2,5% de l’audience totale des services de télévision, de prévoir dans leurs conventions des proportions de programmes accessibles aux personnes aveugles ou malvoyantes, en particulier aux heures de grande écoute.

Par ailleurs, l’article 20-6 de la loi du 30 septembre 1986, créé en décembre 2020 dans le cadre de la transposition de la nouvelle directive européenne SMA, dispose qu’au-delà du volume de programmes accessibles, l’Arcom veille à la qualité de cette accessibilité. Si cet aspect figure ainsi désormais dans la loi, l’Autorité a de longue date pris en compte les besoins du public en la matière, et a conclu en 2008 une première charte relative à la qualité de l’audiodescription.

En 2020, elle publie un nouveau document de référence : “Guide de l’audiodescription – Principes essentiels, outils d’évaluation et bonnes pratiques professionnelles“. »

Source : https://www.arcom.fr/nous-connaitre-nos-missions/garantir-le-pluralisme-et-la-cohesion-sociale/les-droits-des-personnes-handicapees

Historique de l’audiodescription : https://www.lesechos.fr/weekend/perso/laudiodescription-au-cinema-des-oreilles-pour-voir-1408274

Quelles critères et qualités pour l’audiodescription ?

L’Arcom propose un guide de l’audiodescription.
L’association française d’audiodescription  a rédigé une charte d’éthique.

Il existe un prix qui récompense la meilleure audiodescription parmi les films nommés par l’académie des César, dans la catégorie « Meilleur Film ». Il est organisé par une équipe de bénévoles déficients visuels et voyants en lien avec la CFPSAA et la section Audiodescription de l’association apiDV.

Et dans le futur ?

L’association Les yeux dits développe une application appelée « La bavarde » qui permettrait de reconnaître grâce à la bande son de quel film il s’agit, et de lancer directement l’audiodescription associée.
Cette application serait gratuite, et permettrait de faciliter l’accès aux audiodescriptions, avec une installation rapide sur le téléphone de chaque bénéficiaire.

La même association Les yeux dits travaille pour rendre 100 films du patrimoine français accessible . Parmi ces 100 films, plusieurs ont pour destination le public enfantin et familial afin de permettre l’accès à la même culture patrimoniale que les autres.

Le développement des technologies ouvre de nouvelles possibilités. Actuellement des lunettes de reconnaissance visuelle ont été créées, elles permettent grâce à l’intelligence artificielle une description des éléments que pointent le porteur d’un boîtier clipsé sur les lunettes de l’utilisateur. Une technologie qui sera un jour facilement accessible ?

L’audiodescription pour nos enfants aveugles ou malvoyants : ressources

L’audiodescription et les enfants

Logo AudiodescriptionSollicitées régulièrement par des questions de parents mais aussi d’enseignants, ou d’éducateurs, pour des questions liées à l’accès aux dessins animés, films, etc. mais aussi par de nombreux lieux culturels qui rendent accessibles leurs représentations, nous avons souhaité consacrer une matinée de travail et d’échanges autour de l’accès aux loisirs (culture comme sport) grâce à l’audiodescription pour nos administrateurs et délégués territoriaux.

Cette rencontre s’est tenue le samedi 18 novembre 2023 et nous y avions plusieurs invités pour partager leur point de vue sur le sujet :

  • Marie Diagne, audiodescriptrice pour l’association L’œil sonore et le cinéma parle.
  • Hélène Kudzia, bibliothécaire, actuellement en formation, représentante de la commission accessibilité de l’Association des bibliothécaires de France
  • Laëtitia Dumont Lewi, enseignante chercheuse en théâtre à l’université Lyon II, responsable d’une formation en audiodescription, et fondatrice du dispositif « Les chuchotines » à Lyon.

L’audiodescription des productions cinématographiques

C’est un travail de finesse et de détail.Parfois une ambiance sonore en dit déjà beaucoup : il faut donc trouver un équilibre entre le trop bavard, et le pas assez.

Il peut y avoir des parti pris des audiodescripteurs, ou des commandes spécifiques du réalisateur…

Nous avons pu expérimenter l’écoute de la bande sonore d’un film les yeux fermés avec pour objectif de discriminer et deviner les différents éléments du décor et de la scène.

Des tables installées en U, on voit une dizaine de personnes assises les yeux fermées, concentrées en train d'écouter...

L’audiodescription des spectacles vivants.

Il faut différencier les audiodescriptions qui se font en direct d’une cabine (le son arrivant par le biais d’un casque auprès du spectateur), des dispositifs comme les chuchotines ou les souffleurs d’images qui sont des personnes placées à côté du spectateur pour audiodécrire à l’oreille.

Dans ce dernier cas, les lieux culturels partenaires s’engagent à fournir une place gratuite pour l’accompagnant audiodescripteur et à donner des éléments de préparation en amont. Précisons que ces audiodescripteurs sont en règle générale bénévoles.

Les voisins de la personne déficiente visuelle peuvent être prévenu de la présence d’un audiodescripteur et ainsi éviter certaines réactions du type « chut, moins de bruit ». Les parents peuvent ainsi redevenir spectateur, sans la responsabilité de décrire à leur enfant.

Ces dispositifs sont implantés sur certains territoires : Paris, Lyon, Toulouse, Marseille, etc.

Certaines audiodescriptions sont préenregistrées notamment pour certaines adaptations réalisées par Accès Culture : un régisseur lance alors au fur et à mesure les différentes séquences sonores.

Les spectacles en audiodescription sont souvent précédés de visites tactiles ou ateliers.

Pour les enfants, nous n’avons pas connaissance d’un travail sur l’audiodescription qui leur soit spécifique. Est-ce la même que celle en direction d’un public adulte ? Y a-t-il des précautions à prendre ? Des critères à réfléchir ?
L’audiodescription peut parfois être trop détaillée avec un vocabulaire peu adapté aux enfants, avec trop d’informations qui rendent le suivi compliqué…

Quand et commencer l’audiodescription avec les enfants ?

Tout est fonction de l’enfant, de son âge et de son expérience. En général, une écoute avec un casque d’un œuvre audiovisuelle n’est pas conseillée avant 7/8 ans.

Une sensibilisation à l’audiodescription peut se faire progressivement chez les petits, en commençant par des œuvres courtes. Si elles sont longues avec beaucoup de descriptions, on peut perdre l’attention d’un enfant qui n’a pas l’intérêt du visuel. Il faut veiller à ne pas être dans la surcharge sonore.

Affiche du film Ernest et Célestine. Le voyage en Charabie.Il est intéressant de commencer par des productions qui s’inspirent de contes comme Azur et Asmar et Kirikou de Michel Ocelot, Ernest et Célestine de Julien Chheng et Jean-christophe Roger. Tout est dit par la voix off et la place de l’audiodescription est alors minime. Cela peut permettre une première approche du principe de l’audiodescription.

Comme il est difficile de commencer petit avec un casque, des séances de cinéma où l’audiodescription est activée pour tous est l’idéal. C’est alors un moment de partage, qui peut être aussi réalisé en famille. Une expérience d’audiodescription est très riche pour tous les enfants car cela les accompagne dans le sens du récit, l’interprétation de l’image et l’apprentissage du vocabulaire.

Certaines œuvres comme « Moi, moche et méchant », « Les minions » ou encore « Miraculous » se basent presque exclusivement sur le visuel ; c’est difficile même avec une audiodescription de se faire plaisir à visionner et écouter ce film. Certains enfants peuvent toutefois être intéressés pour avoir le même référentiel que les copains à la récréation.

A partir du collège, il est important que les enfants bénéficient d’une éducation à l’image pour comprendre le vocabulaire technique.

Dans ce registre, l’association l’Archipel des lucioles est un acteur important qui assure la coordination des dispositifs d’éducation à l’image comme école et cinéma.

Point de vigilance : lorsque l’on souhaite regarder un film en audiodescription : il ne suffit pas seulement que le film soit audiodécrit. Il faut également que moyens techniques permettent au spectateur d’y accéder ; c’est-à-dire :

  • Que la salle de cinéma possède le matériel, et le casque par exemple
  • Que le menu de la plateforme de visionnage soit accessible avec un lecteur d’écran
  • Que la bande audiodescription soit bien présente au moment du pressage du film…

Suite à cet échange, nous avons souhaité faire une page ressource avec de nombreux liens sur l’audiodescription que vous retrouverez sur notre blog.

Journée famille à Toulouse

Journée famille à Toulouse

Bannière de l'événement

Une après-midi de rencontres, d’échanges et de découvertes pour les bébés, enfants et jeunes aveugles et malvoyants, leurs frères et sœurs, leurs parents ou grands-parents, leurs oncles et tantes ou parrains – marraine

Régulièrement nous vous proposons des événements pour permettre de se retrouver entre familles concernées par la déficience visuelle.
Nous proposons des ateliers et jeux adaptés qui sont toujours aussi accessibles aux frères et soeurs voyants et un temps d’échange pour les adultes : le blabla des parents.

Nous avons le plaisir de vous annoncer nos prochaines retrouvailles le samedi 13 janvier à Toulouse de 14h à 17h00 au sein de la médiathèque José Cabanis, 1 All. Jacques Chaban-Delmas.

Descriptions des ateliers et blabla des parents. Un fichier texte est disponible dans l'article pour avoir le détail.

  •  14h00 à 15h00 : Quizz Acousmatik . Pour tous
    Rudy de la maison d’édition associative de livres audio benjamins media vous invite à une battle sonore. Dans le respect des participants mais dans un joyeux brouhaha, deux groupes s’affronteront autour d’un quizz sonore. C’est à celui ou celle qui saura identifier au plus vite, et au mieux, le son diffusé !
  • 14h00 à 15h00 : « Je t’envoie… ». Pour tous
    Réalisation de cartes sonores et tactiles pour envoyer un son créé à travers la manipulation d’un papier. Un son mais surtout une pensée, un souvenir, un moment partagé. Avec Laura – livres-à-sons.

 

  • 15h à 16h15 : Blabla des parents
    Nos enfants doivent-ils encore lire sur du papier ? Les particularités liées à la lecture en braille ou en grands caractères.
    Comment font les autres enfants aveugles ou malvoyants ? Comment les autres parents les accompagnent dans l’accès à la lecture ? Ouvrons le débat, venez posez vos questions et en discuter avec nous et avec des représentants du Centre d’édition en braille – CTEB, et Agnès Binzstock des éditions Voir de près.
  • 15h à 16h15 : Lectures partagées – Dès la naissance
    Avec l’association (Z)oiseaux Livres, venez lire avec vos jeunes enfants, partager un moment ludique de la découverte d’albums adaptés ou non.
  • 15h à 16h15 : Atelier smiley en relief – Dès 7 ans
    Avec l’association LIBD (l’image au bout des doigts) atelier d’initiation à la lecture d’images tactiles par la découverte guidée et accompagnée de smileys en relief.
  • 15h à 16h15 : Atelier découverte des manga et de la culture japonaise – Dès 11 ans
    Venez découvrir la culture japonaise à travers les manga ! L’association Mangomics-Access vous présentera également son catalogue des manga accessibles aux déficients visuels et aux empêchés de lire que vous pouvez lire et écouter gratuitement !

 

  • Entre 16h15 et 17h : Goûter.
    Finissons l’après-midi et nos discussions autour d’un goûter partagé.

 

Affiche de la journée famille pour les parents d'enfants aveugles ou malvoyants qui se déroule à Toulouse le 13 janvier 2024 à la médiathèque José Cabanis

 

Informations pratiques

VOUS ÊTES INTÉRESSÉS ?
INSCRIPTION AVANT LE 10 JANVIER (dans la limite des places disponibles)
En ligne : https://www.helloasso.com/associations/anpea/evenements/journee-famille-a-toulouse

Pour toutes informations ou questions : 07 87 60 06 85 – contact@anpea.asso.fr

Pour télécharger l’affiche: Affiche de ANPEA-Journée famille-Toulouse_13janvier2024
Pour télécharger le programme au format texte: Journée famille_13janvier2024_Programme

 

Quel album jeunesse pour son bébé malvoyant ?

Quel album jeunesse pour son bébé malvoyant ?

Votre enfant est encore petit, il a 1 an, 2 ans,  5 ou 6 ans et il a une déficience visuelle.  Il n’est pas encore lecteur,  mais vous savez d’ores et déjà qu’il aura besoin d’adaptation pour apprendre à lire…  Notamment d’utiliser des grands caractères…

Alors on lit quoi avec lui ?
Tout plein de livres, des grands, des petits, des adaptés des classiques, des cartonnés, des tissus…
De nombreux albums jeunesse, et livres pour les bébés seront des coups de cœur pour vos enfants. Nous avons fait une bibliographie où vous aurez des idées de titres dans notre “livret, lire avec mon enfant aveugle ou malvoyant, quelle drôle d’idée ?
Voici quelques questions à se poser au moment de sélectionner un livre dans les rayons d’une librairie ou d’une bibliothèque.

 

Quelle est la taille du livre ?

Un livre géant ? un vrai bonheur à explorer, mais les illustrations pourront être compliquées pour certains car il sera difficile de voir l’image dans sa globalité.

Un petit – livre ? Parfait pour les petites mains qui pourront manipuler l’objet dans tous les sens, mais attention aux illustrations qui peuvent alors être trop fines et détaillées

 

Comment sont les couleurs ?

Le contraste est le maître mot que ce soit pour le texte par rapport à son fond, mais aussi dans l’ensemble de l’ouvrage. Peu de couleurs, mais des couleurs qui tranchent les unes par rapport aux autres sont l’idéal.

Page intérieure de l'album

Plus le livre et ses illustrations sont sombres plus il sera difficilement perceptible.

Vous pouvez aussi avoir une attention sur le rendu du papier, des pages brillantes auront des reflets qui pourront gêner un enfant malvoyant, un papier trop blanc perturbera aussi la vision…

Illustration du livre “Abracadanoir: moi je vois dans le noir. Nathalie Laurent, Soledad Bravi. Ecole des loisirs”. 2008.

 

Comment est le texte ?

Vous ne savez peut-être pas encore quel seront les besoins exacts en taille de grand caractère. L’important dans la petite enfance est que votre petit prenne conscience de l’écrit, de l’existence de lettres qui, associées, prennent sens.

De nombreux albums sont écrits avec des polices de caractères supérieur à la police 16 (police minimum en grand caractère) voir vraiment supérieures jusqu’à la taille 72, la taille 24 est une moyenne… Vous avez un doute sur la taille ? N’hésitez pas à imprimer quelques mots en taille différentes pour avoir de quoi comparer…

La créativité des productions jeunesse entraîne parfois des difficultés de lisibilité, et la taille n’est alors pas le seul critère… C’est une information qui n’a vraiment de sens que si elle est liée au graphisme du caractère. Une police spécifique comme la police luciole en taille 16 sera plus lisible qu’un Times 20 par exemple.

 

  • Le texte est-il dans une couleur bien contrastée sur un fond uni ?
  • Est-ce que la taille et le type de police varie dans une même page ?
  • Est-ce que la typographie est fantaisie ? Avec des courbes, des « empattements » ?Page intérieure de l'album "l'arbre généreux".
  • Est ce que le texte est situé au même endroit dans toutes les pages ? Cela évite que l’enfant ait à balayer des yeux chaque page.
  • Quel est l’espace entre les lignes et entre les mots ? Si il est assez large, cela rendra l’accès visuel aux lettres et mots plus confortable.

La série des Emilie est un bon exemple de livre ” classique” qui est bien adapté.

Illustration: “L’arbre généreux. Shel Silverstein. Ecole des loisirs. 1982”

 

Comment sont les illustrations ?

C’est forcément un point délicat dans le choix… Nous pouvons en tant que voyant être attiré par des livres très beaux aux illustrations complexes et détaillées qui pourront ne pas trouver un très grand écho chez un petit qui ne voit pas bien.

La vision des bébés n’étant plus acquise totalement avant l’âge de 1 an, les éditeurs ont développé des offres pour les plus petits avec des ouvrages aux illustrations simples, aux contrastes très tranchés, sans trop de détail.

Page intérieure de l'album

Illustration extraite d’un livre de la série Boris de Jean-Marc Mathis. Thierry Magnier.

Parmi ceux qui n’ont pas été conçu dans cette optique, ayez une attention sur le niveau de détail, plus l’illustration est complexe avec des informations visuelles non importantes pour l’enfant, plus le décryptage sera long et peut être décourageant.

Dans certains livres pour enfants, le texte ne se suffit pas, c’est l’image qui apporte un élément de l’histoire. A avoir en tête lors de la lecture car il faut alors s’interroger si l’enfant a bien pu percevoir l’information au risque qu’il perde le fil de l’histoire et décroche.

Vous pouvez privilégier tous les livres qui offrent d’autres explorations que visuelles : zones tactiles, capsules sonores, voir odeurs (c’est plus rare mais ça existe ! )

Les livres tactiles adaptés ont été développés pour des enfants déficients visuels, on peut penser qu’ils sont dédiés aux enfants aveugles mais ils sont aussi très intéressants pour les enfants malvoyants. L’exploration de l’image tactile sera une vraie découverte pour lui, il pourra explorer son sens du toucher. Les livres ont tous leur texte en braille et en grand caractère.

 

En conclusion….

Chaque enfant est unique et sa déficience visuelle aussi, l’ophtalmologue et l’orthoptiste peuvent vous indiquer ce qui est le plus adapté à ses besoins en termes de vision.

Le plus important est de proposer une diversité et une richesse de choix de lectures, votre bébé, votre bambin va affirmer ses goûts et intérêts. Aller en bibliothèque et en librairie, est toujours un atout pour découvrir tout ce qui existe et ce qui lui convient le mieux.

Si le livre ne répond pas à tous les critères qui peuvent permettre à votre enfant de tout perçevoir : mots, couleurs, et dessins… ne vous privez pas non plus de le lire ! D’autant plus si vous vous avez un coup de cœur, le plaisir de l’histoire va se transmettre…

Votre enfant va grandir, et les critères pour lui permettre d’acquérir une lecture autonome deviendront plus exigeants… Ces critères vont petit à petit se définir avec les professionnels qui l’accompagnent.